Les 3 peurs du Jeune Entrepreneur

Les 3 peurs du Jeune Entrepreneur

6 min | 19/09/2019

Ne laisse pas ton âge te définir !

Nous associons jeunesse et entrepreneuriat Facebook, Uber, Airbnb et j'en passe. Chacune de ses Licornes a été fondées par des entrepreneurs jeunes et surdoués. Dans ce contexte, la figure du jeune  créateur de start-up est devenue un modèle de réussite. Nous assistons à une véritable starification des entrepreneurs. Les chiffres ne mentent pas: Aujourd’hui, 45% des lycéens/étudiants envisageraient de  se lancer dans l’entrepreneuriat.

Mais dans les faits, devenir entrepreneur à moins de 30 ans reste encore une voie atypique. En se penchant un peu sur les chiffres, on constate que les Français entreprennent en moyenne à l’âge de 38 ans.

Entre un environnement qui se méfie encore de leur jeunesse et les peurs légitimes qu’ils peuvent ressentir, les moins de 30 ans doivent surmonter un beau paquet d’obstacles avant de pouvoir entreprendre sereinement.

Pas de panique ! Nous allons te montrer comment surmonter tes peurs et te lancer sans être handicapé(e) par ton âge. Tu vaux plus qu’un nombre !

 

 

 

 

Un Environnement pas si favorable

 

La société progresse mais une majorité de la population demeure sceptique quand elle voit un jeune entrepreneur. Entreprendre demande une bonne dose de courage, le faire quand ton environnement te perçoit comme étant inexpérimenté et peu crédible, en nécessite encore plus. 

Or la confiance que tu inspires aux autres est le carburant de ton business. En premier lieu elle te permet de convaincre tes partenaires/soutiens de t’octroyer des ressources. D’autre part, cette même confiance te rendra plus attractif auprès de tes clients.

Dans cette configuration peu encourageante, bon nombre de jeunes plein d’initiative finissent par se décourager et décide alors d’enterrer leur projet d’entrepreneuriat avant même de l'avoir lancé.

 

 

Terrasser la Peur et se jeter à l'eau

 

Tu es jeune et tu veux entreprendre ? Une seule solution: donner confiance à tes partenaires vitaux, à commencer par ton entourage et tes partenaires professionnels. Ils seront le coeur et les poumons de ton business. Comment les rassurer ? En ayant toi-même confiance pour commencer !

La peur est affreusement contagieuse. Si tu présentes ton idée novatrice en tremblant d’effroi ton interlocuteur ne sera pas très rassuré. Il aura peur et se méfiera de toi. Dans une telle situation, tu ne risques pas de remporter son adhésion. Tant pis pour ton projet révolutionnaire.

 

La peur est affreusement contagieuse. 

 

Je n’ai pas vraiment de remède miracle pour terrasser la peur. Ceci dit, il existe une méthode assez efficace pour la maintenir sous contrôle: La regarder en face. En identifiant précisément ce qui t’effraie, tu en limites les effets néfastes.  C’est bien plus facile à dire qu’à faire, j’en conviens, mais le jeu en vaut la chandelle. Quand on a moins de 30 ans et qu’on cherche à entreprendre, nous avons tendance à avoir 3 peurs caractéristiques.

 


Peur n°1: "Il est où le mode d'emploi ?"

 

Une crainte légitime. Le monde de l’entrepreneuriat est un monde si vaste que l’on s'y perd facilement, et cela quelque soit notre âge. Que tu es 20 ou 55 ans, lors de ta première expérience d’entrepreneur, tu seras forcément perdu(e). Ce n’est pas une question d’âge mais plutôt une question de vécu. L’inconnu, c’est flippant. 

Attendre d’être plus âgé, ne changera pas grand chose. Quand tu débuteras, tu seras...mauvais. Voire même très mauvais. Et tu sais quoi ? C’est normal. La première fois que tu as marché, tu as trébuché. La première fois que tu as parlé, tu as bégayé. Bref, les premiers essais ne sont jamais concluants.

Même si on nous (sur)vend l’image du jeune et triomphant entrepreneur, il ne faut pas oublier que derrière chaque succès se cache des moments de doute, de frustration et voire même des échecs cuisants. Elon Musk, Steve Jobs, Bill Gates etc. Aujourd’hui, nous ne voyons que leurs succès. Mais si tu consultes leurs parcours, tu verras des débuts timides et des échecs.

On ne naît pas entrepreneur, on le devient. Et cela passe par une longue phase d’apprentissage qui dure toute une vie.

 

Attendre d’être plus âgé, ne changera pas grand chose. 

 

 

Peur n°2: "Oh non ! Pas les responsabilités !"

 

Travailler à son compte, change complètement notre perception du mot “responsabilité”. Encore plus quand tu viens de terminer tes études. Quand tu es salarié(e),  la survie de ton entreprise dépend d’une multitude de personnes. Tu es un rouage de la machine. Une rouage utile, certes. Mais simplement un rouage. Si tu te fais la belle, la machine continuera de tourner.

Mais lorsque tu deviens entrepreneur/freelance, la donne n’est plus la même. Tu deviens alors entièrement responsable de tous les problèmes qui touchent ton business.  Ta responsabilité est donc totale. Si ton projet se casse la figure, c’est pour ta pomme. A la sortie des études, on ne sent pas toujours capable d’assumer une telle responsabilité. 

Et nous avons tort. Nous nous sous-estimons. A l’heure où tu lis ces lignes, je suppose que tu as quitté le nid familial. Alimentation, Paperasse, Relations Sociales, Budget ,etc. Tu gères déjà tout ça comme un(e) grand(e). Tu es donc  un adulte responsable. Si tu arrives à contrôler l’intégralité de ta  vie personnelle en toute autonomie, alors tu as déjà assez de légitimité pour gérer ta propre activité professionnelle. Dans l’absolu, gérer ton entreprise/auto-entreprise n’est pas si différent que ce que tu fais au quotidien. Fais-toi confiance. 

 

Nous nous sous-estimons !

 

Pense aussi au bon côté des choses: “Responsabilité rime avec Liberté.” En assumant pleinement la responsabilité de ta vie professionnelle, tu acquières par la même occasion une Liberté Totale. Une sensation des plus excitantes !

 

 

Peur n°3: "Je ne connais personne" (et personne ne veut me soutenir)

 

Tu ne peux pas réussir en solitaire. Quoique tu fasses, tu auras besoin du soutien des autres. Surtout si tu décides d’entreprendre. De manière générale, les moins de 30 ans ont très bien intégré cette vérité. Peut-être même trop. A tel point, que beaucoup craignent de ne pas disposer d’un réseau assez étoffé. Inutile de se raconter des salades, une personne qui a déjà 10 ans d’expérience dans un secteur aura plus de contacts qu’un nouveau venu fraîchement diplômé. 

Cependant, bon nombre de jeunes sous-estiment le potentiel réel de leur réseau actuel. Concrètement, tu es à six poignées de main de Donald Trump. Voire moins, si tu es (mal)chanceux. C’est ce qu’on appelle les degrés de séparation. Par rebond, tu peux atteindre un nombre incalculable de personnes et donc de ressources.

Indépendamment de ton niveau d’expérience, ton réseau compte suffisamment de personnes pour soutenir ton business. Pour les atteindre et les mobiliser, tu n’as qu’une seule solution: mettre de côté ta timidité et parler de ton projet. Cela prend du temps et c'est angoissant. Mais à force de le faire, les “bonnes personnes” finiront par se montrer. Tu n’es pas seul. Jamais.

 


Concrètement, tu es à six poignées de main de Donald Trump.

 

En tant que jeune adulte voulant entreprendre, il est normal de ressentir ces peurs. Surtout quand ton environnement fait une fixette sur ton âge plutôt que sur tes talents.

Tu auras beau prendre une voix plus grave, tu ne vieilliras pas plus vite. Au mieux, tu réussiras à choper une extinction de voix. Au lieu de cacher ta jeunesse, autant en faire un atout pour changer les choses et imposer une vision novatrice et différente. Seule une chose est plus contagieuse que la peur: la confiance. Le meilleur moyen de gagner l’adhésion des autres, c’est de croire en toi, et cela en dépit de ta jeunesse. 

Méconnaissance de l’entrepreneuriat, peur des responsabilités, manque de réseau. Tout cela à de quoi refroidir. Lutter contre ces peurs est un combat de tous les instants. Un combat qu'il est difficile de gagner à chaque fois. A certains moments, tu finiras au tapis.

Mais en adoptant une posture d’apprentissage, tu pourras faire face à ces inquiétudes. Une petite astuce de gamer: Vois l’entrepreneuriat comme un Jeu grandeur nature où chaque péripétie te donne des points d’expérience. En agissant ainsi, tu monteras très vite en niveau et cela sans être frustré outre mesure.

Dès le début de ton aventure, sollicite ton réseau sans modération. Personne ne t’en voudras d’avoir demander de l’aide, bien au contraire ! 

 

 

 

 

 

Booste ta boîte

Prénom & Nom*: E-mail*: Téléphone: Ville*: Message:

Nous contacter

Nasser Massadimi

Bordeaux, 33000

06 38 32 97 00

nouveauxdetours@gmail.com