Un travail qui a du sens ?

Un travail qui a du sens ?

6 min | 11/09/2019

Spoiler Alert: Non, je ne sais pas quel est le sens de ta vie. Désolé !

Ah ! LA fameuse question à un millions de dollars...Ne compte pas sur moi pour te fournir une réponse toute prête. Si j’étais magicien, cela se saurait ! Comme tu l’imagines, tu es le seul à pouvoir répondre à cette question…Et encore !

Mais pour commencer qu’est-ce que cela veut dire “donner du sens à sa vie professionnelle” ?

Est-ce sauver la veuve et l’orphelin en portant un collant trop moulant ? Diriger une grosse organisation avec brio ? Faire rêver les gens ? Difficile de s’y retrouver.



Les origines de cette quête de sens: Une petite louche d'Histoire.

 

Pour commencer, il faut savoir que cette fascination pour le sens du travail n’est pas si vieille que ça. Loin de là.  Il y a tout juste 50 ans. Le travail était avant tout un moyen de subsistance. Nos parents et leurs aïeuls, travaillaient avant tout pour satisfaire leurs besoins vitaux à savoir, se nourrir, se loger et se vêtir.

Bien sûr, certains individus exerçaient des métiers leur permettant un niveau d’accomplissement supérieur. Mais ces derniers ne représentaient qu’une frange infime de la population active. Dans un tel contexte, on se satisfaisait d’avoir un travail suffisant pour survivre. Le reste, c’était du bonus. 

Autre détail important, nos prédécesseurs occupaient en grande majorité des postes manuels. Que cela soit, dans les champs ou dans les usines, ces derniers pouvaient observer, toucher le fruit de leur labeur. Nous pouvons donc supposer que la finalité de leur travail n’était pas tellement  remise en question. De toute façon, ce n’est pas comme s'ils disposaient de beaucoup d’options. A priori, les métiers n’étaient pas aussi diversifié qu’au XXIème siècle.

 

Le travail était avant tout un moyen de subsistance.

 

 

Aujourd’hui, la situation est différente. Malgré les nombreuses inégalités qui subsistent, les conditions de vie se sont globalement améliorées (dans le monde occidental). La nature de nos emplois a également changée. En grande majorité, nous travaillons dans le domaine du service.

De plus, nos attentes vis-à-vis de nos métiers se sont transformés. De nos jours, nous voulons plus qu’un gagne-pain. Pour la majeure partie d’entre nous, le travail est aussi un marqueur social, un accélérateur de rencontres et un moyen de s’épanouir.

Bref, nous comptons sur notre emploi pour combler tous les étages de notre Pyramide de Maslow. Dans un monde friand de success stories entrepreneuriales et de réussite professionnelle, notre métier semble plus que jamais nous définir. Vu l’importance qu’on y accorde autant que ce travail ait du sens. 

Mais au fait, un “travail qui a du sens”, qu’est-ce que c’est ? Question difficile. Nous avons  tendance à associer “sens du travail” avec “concret”, “ réel”. De plus, nous estimons qu’un travail qui a du sens à un impact positif et direct sur les autres. Mais dans les faits, la réponse est-elle aussi simple ?



L'exemple du Pâtissier: Loulou et Jojo

 

Petit exemple avec un métier à la mode perçu comme étant  “concret”: La pâtisserie. Loulou et Jojo sont tous les deux pâtissiers dans le même établissement. Les deux sont reconnus pour la qualité de leur travail et les clients s’arrachent leurs petites douceurs.

Loulou est un passionné. Il est tombé dans la pâtisserie un peu par hasard et depuis c’est le grand amour. Il prend un plaisir fou à réaliser des tartes et des viennoiseries. A ses yeux, chaque pâtisserie est une création unique dans laquelle il met tout son coeur.

Les journées commencent très tôt et sont d’une rare intensité. Mais malgré cela, Loulou prend son pied et se donne sans compter. Rien ne le rend plus heureux qu’un client satisfait qui vient le remercier. Loulou se sent utile. Il est à sa place.

De son côté, Jojo voit les choses différemment. Pour lui, la pâtisserie, c’est une histoire de famille. Quand il a eu 16 ans, Jojo ne s’est pas posé de question et s’est lancé dedans. Tout comme son père auparavant. Sauf que Jojo ne s’y retrouve pas. Préparer la pâte, garnir la tarte, cuire, décorer, recommencer. Pour lui, les journées se ressemblent et se suivent. Toutes ces tâches répétés à l’infini, l’ennuie au plus haut point.

Il se sent comme un robot. Pourtant, la qualité de son travail est reconnue. Tous les habitants de la ville connaissent et vantent le goût de ses pâtisseries. Quand on le complimente, Jojo hausse simplement les épaules en répondant: “Oh tu sais, ce n’est que du beurre et du sucre. Rien de plus.” Les éloges ne le touchent pas.

Pour ne rien arranger, les horaires contraignantes et la fatigue lui pèsent de plus en plus dessus. Est-ce que cela vaut vraiment toutes ces contraintes. Il a l’impression de perdre son temps dans son fournil. Au fond de lui, Jojo est perdu, il trouve que tout cela n’a pas de sens. 

 

Vu de l’extérieur, Loulou et Jojo sont deux pâtissiers talentueux. Ils exercent dans les mêmes conditions et obtiennent les mêmes résultats. Mais en se penchant sur leur cas, on comprend que pour Loulou son travail a du sens. En revanche, Jojo, lui, ne s’y retrouve pas.

Avec ce simple exemple, nous voyons que le “sens du travail” dépend avant tout du plaisir/épanouissement que nous en retirons. 

 

 

Pas de hiérarchie entre les métiers.

 

Second exemple. Voici Corinne de la compta. Corinne travaille pour une solide PME spécialisée dans la papeterie. Elle s’occupe de la comptabilité et de la commande des fournitures. L’essentiel de sa journée consiste à remplir des cases Excel et à envoyer des mails à ses collègues. Présenter de la sorte, son métier n’a pas forcément l’air très funky.

Pourtant Corinne s’éclate. A ses yeux, dresser des comptes est apaisant. Elle adore ses collègues de bureau et dispose d’assez de temps libre pour s’adonner à sa passion: la peinture. Cerise sur le gâteau, Corinne est douée dans ce qu’elle fait. Grâce à elle, ses collègues sont satisfaits et réalisent un travail de meilleur qualité. Par voie de conséquence, la PME a de belles performances et peut donc recruter de nouveaux employés.

A son échelle, Corinne fait la différence et impacte positivement la vie de ses collègues, de ses patrons et de leurs clients. Elle en retire une certaine fierté. Pour elle, son métier a du sens. Il contribue à son bonheur personnel à au succès des autres.

 

 

Le Plaisir, notre Boussole Professionnelle

 

Maintenant, comparons Corinne de la compta et Jojo (le pâtissier blasé). A première vue, concevoir des gâteaux a plus de “sens” que remplir des cases Excel. Objectivement, un Pâtissier a un métier “concret” avec un impact plus direct sur la vie de nos clients. Mais pour autant, est-ce que TOUS les pâtissiers trouvent du sens dans leur travail ? Pas forcément.

Si on prend l’exemple précédent, il est clair que Corinne trouve plus de sens dans son métier de comptable que Jojo dans son métier de pâtissier. Croire qu’une profession a intrinsèquement plus de sens qu’une autre est un raccourci.  Au bout du compte, ce n’est pas l’exercice d’un métier donné qui donne du sens à nos vies mais avant tout le Plaisir qu’on en retire et ensuite l’impact qu’il nous permet d’avoir sur les autres. Ce Plaisir peut avoir diverses sources:

-L’aspect ludique du travail. (l’Exemple de Loulou, le pâtissier épanoui)

-L’Impact positif sur notre entourage/la société. (l’Exemple de Corinne de la Compta)

 

Pour donner du sens à sa vie professionnelle, il est donc nécessaire de trouver ce qui nous plaît puis de faire en sorte d’avoir un impact positif en exerçant cette activité. Pour le faire, tu n’as pas nécessairement besoin de revêtir ta cape de Superman. Inspirer les autres, leur donner le sourire, rendre leur quotidien plus agréable. Il existe mille et une manière de faire une différence. A toi de trouver, celle qui te convient le mieux !

 

Technique, Scientifique, Manuel, Informatique etc...Ce n’est pas la nature du métier qui compte mais la manière dont tu l’exerces et le plaisir que tu en retires. Si tu trouves une situation professionnelle qui te plaît, tu arriveras à lui donner du sens. Bref, tu feras la différence !

Booste ta boîte

Prénom & Nom*: E-mail*: Téléphone: Ville*: Message:

Nous contacter

Nasser Massadimi

Bordeaux, 33000

06 38 32 97 00

nouveauxdetours@gmail.com